Décharge flottante du pacifique : 3 fois la taille de la France

Connaissez-vous la décharge flottante du Pacifique ? Vous en avez certainement déjà entendu parler, les courants marins sont la cause de l’accumulation de tonnes de déchets dans les océans. Actuellement, la plus grande zone se situe dans le Pacifique et forme « un 8e continent ».

La décharge flottante ne cesse de s’agrandir

Aujourd’hui, la zone la plus importante de déchet dans les océans est « la grande zone d’ordures du Pacifique » ( Great Pacific Garbage Patch). Elle se situe entre Hawaï et la Californie.

Ce 8e continent est plus grand que ce qu’on pensait ! En effet, après observation aérienne de la zone et récolte de 1,2 millions d’échantillons, des chercheurs concluent dans une étude publiée en mars, dans la revue Scientific Reports, que des milliards de morceaux de plastique soit 80 000 tonnes de déchets s’y sont accumulés.  Aujourd’hui la décharge flottante du Pacifique s’étend sur une surface de trois fois la France. En effet, elle mesurerait actuellement 1,6 millions de km2. Ces estimations révèlent ainsi que la zone mesurerait 4 à 16 fois plus que les estimations des 2 précédentes études menées. Cette différence de résultat est notamment dû à une méthode d’analyse plus fiable mais aussi et surtout à l’augmentation de la pollution plastique des océans dans la zone. On peut également noter que les débris du tsunami de 2011 au Japon n’ont fait qu’augmenter cette masse de déchets accumulés.

Des déchets majoritairement plastiques mais surtout « encombrants »

99,99 % de plastique composent actuellement la zone. Sur la récolte effectuée par les chercheurs, ¾ des déchets sont des débris dépassant les 5 cm. Les gros débris étant plus simple à récolter que les petits il s’agit, malgré tout, d’une bonne nouvelle. De plus, près de la moitié des déchets étaient du matériel de pêche abandonné : des cordes, des filets « fantômes » qui sont responsable de la mort de différentes espèces (tortues, poissons…) selon Laurent Lebreton, de la fondation Ocean Cleanup.

ocean-cleanup

L’association Clean up refuse de rejeter la faute de cette pollution sur un secteur comme la pêche ou une région. En effet, selon Laurent Lebreton, beaucoup d’entre nous mange du poisson, on est donc tout autant coupable que les pêcheurs. La cause principale de cette pollution selon lui c’est « notre mode de vie et de consommation, les plastiques à usage unique, la société du tout-jetable »

Boyan Slat, fondateur de Ocean Cleanup souligne qu’il est « urgent de s’attaquer au problème de la pollution aux plastiques »

La production de plastique s’éléve à plus de 320 millions de tonnes par an. Malheureusement, une partie de ces déchets se regroupe dans plusieurs zones de l’océan à cause des courants marins. Mais que faire pour lutter contre cette pollution ?

Comment diminuer la décharge flottante du pacifique et les autres zones ?

boyan-slat-ocean-cleanupBoyan Slat, fondateur de Ocean Cleanup s’est lancé dans l’aventure alors qu’il avait seulement 18 ans. Entourés de son équipe d’ingénieurs, ils développent un système de barrières flottantes qui est destiné à attraper le plastique. Leur but est de vider la décharge de 50% en 5 ans, lorsque le système sera opérationnel. Néanmoins, il est important de souligner que les morceaux inférieurs à 1 cm ne pourront être récoltés…. Par conséquent, les microplastiques, particules néfastes pour la santé (puisqu’ils sont ingérés par les poissons puis entrent dans la chaîne alimentaire), ne pourront alors pas être récoltés par cette technique. Actuellement, les chercheurs ne savent pas combien de temps ces particules vont mettre à disparaître.

Autre problème on ne connaît pas encore le niveau de pollution en eau profonde et sur les fonds marins !

 

Avant tout, il est important que tout le monde prenne conscience de l’impact du plastique sur la planète et que dès le plus jeune âge nous soyons sensibilisés sur le sujet et notamment sur le tri des déchets, afin d’éviter d’augmenter la décharge du Pacifique.

 

Cornélia.

juillet 5, 2018