Le dentifrice, notre ennemi pour la vie ?

Il y a quelques semaines, nous entendions parler des protections hygiéniques. Entre scandales et prises de conscience, cette actualité a fait le tour du web. Et pourtant, ce n’est pas le seul danger auquel nous nous confrontons au quotidien !


Un danger bien caché : le prix de la blancheur

dentifriceL’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra) met en évidence la dangerosité du dioxyde de titane, un additif alimentaire, composant contenu dans le dentifrice conventionnel. Plus contenu sous le terme de « E171 », on le trouve dans de nombreux produits comme dans les bonbons, les produits cosmétiques, les chewing-gum ou encore les biscuits. Quelle est son utilité vous direz-vous ? Ça sert tout simplement à blanchir et opacifier.

L’exposition orale au dioxyde de titane a des effets particulièrement néfastes sur la santé. D’après un rapport de l’INRA, une exposition quotidienne augmenterait les chances de contracter un cancer du côlon. Cette réaction est due à une altération des cellules contenues dans les parois immunitaires. En plus de cela, il n’a aucune valeur nutritive !


Toujours plus …

Malheureusement, le dioxyde de titane n’est pas le seul composant à éviter. Voici une liste exhaustive des quelques substances à éviter dans les dentifrices.

  • Le Triclosan : c’est un produit particulièrement utilisé dans les soins pour la peau, les détergents ou les produits sanitaires pour ses propriétés anti-bactériennes et antifongiques. Le problème ? Il est responsable de résistances aux antibiotiques et de perturbations endocriniennes. Pouvant également être la cause de cancer, il est pourtant largement utilisé dans une majorité de dentifrices.
  • Le Sulfate de Sodium Lauryl (SLS) : cet ingrédient aide à épaissir et donne ce côté moussant au dentifrice. Cette substance inhibe les récepteurs du goût sucré et rend tout amer. Qui n’a jamais bu de jus d’orange après s’être brossé les dents ? Le SLS est surtout connu pour ses propriétés irritantes : il provoque des micro-lésions sur les muqueuses, la peau et des aphtes. Il est également connu pour être considéré comme un perturbateur endocrinien.
  • Les édulcorants artificiels : l’aspartame et la saccharine apparaissent souvent dans les formules des aliments dits « sans sucre » et étonnamment, également dans les dentifrices. Que ce soit l’un ou l’autre, ils ont tous les deux été liés à l’apparition de graves problèmes de santé. Les synptômes sont multiples : prise de poids, problèmes neurologiques, cancers ou infections respiratoires.
  • Le fluor : longtemps catalogué comme l’allié anti-caries, ses effets sont pourtant controversés. En effet, on le sait, les enfants avalent souvent beaucoup de dentifrice pendant le brossage. Cet apport involontaire explose l’apport journalier recommandé. Mais les enfants ne sont pas les seuls concernés : nous en sommes aussi victimes ! Ce geste a l’air anodin, mais est particulièrement préjudiciable pour la santé. Le fluor s’accumule dans les tissus causant des perturbations endocriniennes.
  • Le propylène glycol : cette huile minérale est très largement utilisée dans –attention– les antigels, les peintures, les vernis ou encore les liquides de refroidissement. Aussi étonnant que cela puisse paraître, on en retrouve également dans les cosmétiques et dans le dentifrice. Comme vous vous en doutez, le propylène glycol n’a pas vraiment sa place en cosmétologie. En effet, il est connu pour être irritant pour la peau, les yeux et les muqueuses de manière générale. Manipulé à l’aide de gants et de lunettes en laboratoire, il n’est sûrement pas le bienvenu pendant ce rituel bucco-dentaire.
  • La diethanolamine (DEA) : comme le Sulfate de Sodium Lauryl, la DEA est utilisée pour ses propriétés moussantes. Elle est simplement utilisée pour des aspects esthétiques et non actives ! Cette « poudre aux yeux » est un perturbateur endocrinien, comme bon nombre de ses collègues présents dans les dentifrices. Facilement absorbée par la peau, la DEA favorise également les risques de cancer de l’estomac, de l’œsophage, du foie ou de la vessie.
  • Les microbilles : contrairement aux autres composés de cette liste, les microbilles se placent dans une dimension plus environnementale. Ces minuscules granules de plastiques se retrouvent un peu partout dans l’environnement intoxicant ainsi différentes espèces marines.


Le dentifrice : l’ennemi numéro 1

Bien lire les étiquettes et avoir conscience des mauvais composants est le secret du bonheur. Nous avons sélectionné pour vous 3 dentifrices inhibés de tous ces ingrédients nocifs.

Le dentifrice solide de Lamazuna

dentifrice-lamazunaFabriqué en France, le dentifrice de Lamazuna est une pépite : principalement composé de noix de coco et de menthe poivrée.


Le dentifrice solide de la Savonnerie Aubergine

dentifrice-jolie-boucheComme on dit « Less is more », et c’est exactement ce qu’illustre la composition de ce dentifrice. Et l’odeur : magique ! Un doux mélange de réglisse et de menthe qui laisse une impression de fraîcheur.


Le dentifrice EcoDenta

dentifrice-ecodentaIci, nous sommes sur un dentifrice en tube. Sans fluor, EcoDenta explore les substances actives contenues dans le sel de zinc et dans la noix de coco. Avec ces touches de menthe et de noix de coco, il a su convaincre nos papilles (et nos dents) !

juin 21, 2017