L’ Economie Bleue, un modèle s’inspirant de la nature

Comme vous le savez déjà chez Ecolive, nous nous intéressons fortement aux initiatives mettant au centre de leurs préoccupations l’environnement. Aujourd’hui, nous avons alors décidé de vous faire découvrir l’ Economie Bleue.

Qui est Gunter Pauli ?

economie-bleue-gunter-pauli

Gunter Pauli est un entrepreneur et économiste Belge, né en 1956. Ayant une sensibilité écologiste, en 1990 il crée sa société « Ecovert » qui produit des lessives biologiques. L’ensemble de son usine est alors biodégradable et il va même jusqu’à payer ses employés au km parcouru à vélo pour se rendre jusqu’à l’usine.

Dans les années qui suivent il effectue un voyage en Indonésie et découvre alors que l’huile de palme utilisée dans ses lessives biologiques, avait provoqué la déforestation de près d’1 millions d’hectares de forêt primaire, lieu d’habitation des orangs-outans…

L’entrepreneur refuse alors que son entreprise exemplaire, qui diminue l’impact de l’environnement dans une partie de la planète est des conséquences irréversibles à l’autre bout de la planète. Il vend alors sa société et se retire au Japon où il réfléchit à un modèle économique meilleur.

Dans les années 1990, il réfléchit alors au modèle d’ Economie Bleue (en référence à la couleur de la terre). L’objectif est d’imaginer un modèle qui ne produira ni déchets et ni émissions mais qui aurait également un impact positif sur la création d’emplois, sans coûter plus cher que les modèles économiques déjà établis. Le 6 avril 1994, il crée la fondation ZERI (Zero Emission Research Initiative) qui a pour but de se consacrer à l’étude de solutions innovantes permettant de produire sans émissions et sans déchets.

Qu’est-ce que l’ Economie Bleue ?

L’ Economie Bleue initiée par Gunter Pauli s’inspire fortement du bio-mimétisme. Le bio-mimétisme est une approche scientifique qui analyse le comportement de la nature pour les adapter au service de l’homme.  Gunter Pauli observe alors dans la nature que les déchets et le chômage n’existent pas, c’est-à-dire que chaque déchet créé par la nature est réutilisé par celle-ci. Par exemple, une feuille morte servira de terreau à d’autres cultures, alors que l’oxygène rejeté par les végétaux permet aux espèces animales de respirer.

L’ Economie Bleue considère alors que les déchets ont de la valeur. Elle n’a donc pas pour but de recyclé mais de régénérer, réutilisé les déchets. Tout ce qui est alors produit au cours d’une fabrication et qui est considéré comme déchet, doit alors être réutilisé pour produire autre chose. Ce modèle s’oppose alors au modèle économique actuel qui produit beaucoup de déchets mais en réutilise très peu. Outre, la réduction du nombre de déchets l’objectif de Gunter Pauli est d’arriver à Zéro déchets. Plus qu’une économie circulaire, il s’agit d’une économie en cascade qui permettra grâce à de nouvelles technologies et de nouveaux procédés, de réutiliser les déchets d’une industrie dans une autre industrie. Les déchets d’aujourd’hui deviendront alors les ressources de demain.

economie-bleue-nature

En conclusion, l’ Economie Bleue vise alors à diminuer l’impact d’une activité sur les écosystèmes mais avant tout à réutiliser les déchets de cette activité, à créer de l’emploi et à contribuer à la sécurité alimentaire en utilisant des ressources locales.

Des exemples d’ Economie Bleue

Le Marc de café. Il est important de souligner, qu’en général nous utilisons que 0,2% du café et par conséquent d’énorme quantité de arc de café sont jetées. Au lieu de jeter le Marc de café, vous pouvez l‘utiliser pour nourrir des champignons puisqu’il contient des éléments nutritifs adaptés au développement des champignons. Les champignons par la suite seront consommés par les humains et leurs déchets peuvent servir à nourrir les animaux. Les déjections des animaux seront ensuite utilisées pour produire du biogaz.

Autrement, le marc de café peut être utilisé dans la fabrication des chaussures. En effet, le marc de café possède des propriétés désodorisantes qui permet de contrôler les odeurs, ce qui est particulièrement apprécié dans le secteur de la chaussure.

marc-cafe-economie-bleue

Le papier. On n’est pas obligé de le fabriquer avec des végétaux. En effet, il peut être fabriqué avec de la poussière de pierre, de craie ou de plastiques recyclés. Sa fabrication ne nécessitera alors ni produits de blanchissements, ni végétaux et sa durée de vie est supérieure au papier classique. Il peut être recyclé une centaine de fois contre une trentaine de fois pour le papier traditionnel.

economie-bleue-papier

Le CO2. Au lieu de le rejeter dans l’atmosphère, le CO2 peut être récupéré. Il peut notamment servir de nutritif pour certaines algues telles que la spiruline, qui servira par la suite de compléments alimentaires.

economie-bleue-ciel

 

Qu’est-ce que l’ Economie Rouge et l‘ Economie Verte ?

Gunter Pauli oppose son concept d’ Economie Bleue à l’Economie verte et l’Economie rouge.

L’ Economie Rouge

Selon Gunter Pauli, l’Economie Rouge  représente l’économie actuelle. Il la caractérise notamment par le gaspillage, l’endettement et le chômage de certains contre l’enrichissement d’autres. Cette économie « emprunte à tous et à tout, à la nature, à L’humanité, sans penser à rembourser un jour ». Le but est de produire sans penser à la conséquence sur la main-d’œuvre ou encore la nature.

L’ Economie Verte

Suite à la conférence de Rio, en 1992, l’Economie dite Verte s’est développée. Elle avait pour objectif de diminuer l’impact sur l’environnement, avec des produits « verts » qui sont moins polluant. Néanmoins, ces produits coûtent cher et ne sont par conséquent accessibles que pour une minorité de la population. De plus, ils peuvent avoir un impact négatifs pour l’environnement c’est notamment le cas des produits bios qui sont importés en avion. Selon Gunter Pauli, L’ Économie Verte a aujourd’hui montré ses limites

 

Bien entendu, nous tenons à souligner que  l’ Economie Bleue n’est pas la seule alternative à l’économie actuelle et encore moins la seule voie pour arriver à un changement.

 

 

Cornélia,

janvier 9, 2018